Insurrections végétales

Catégorie

Photos: Pilar Macias et Giorgia Volpe

L’intervention in situ Insurrections Végétales qui a été présentée dans le stationnement d’un centre d’achat de La Pocatiere fut l’amorce d’un projet évolutif qui connut là sa première manifestation. Ce projet élabore une stratégie complexe, à la fois rhizomatique, fantasmagorique et utopique autour de l’image paradoxale d’un jardin-nomade. Ce jardin habitacle et itinérant fit sa première halte urbaine dans l’espace froid, anonyme et inhabité d’un stationnement commercial, éclairant la nuit de sa vibrante lumière rose tel un incongru lampadaire. À l’intérieur de la roulotte, une végétation pousse au travers une installation simulacre qu’intégre autant du végétal vivant que des éléments culturels tels des couvertures de survie, ornements, plans, dessins… « Le dispositif de ces insurrections végétales, de ce jardin nomade, explore les liens métaphoriques ou dialectiques entre l’organique et le social, la culture (au sens de cultiver la terre) et le culturel (territoires, mémoires, identités, récits, traditions, transmissions), le naturel et l’artificiel, l’enracinement et le déracinement, la bouture et le métissage, le nomadisme et le sédentarisme, le dedans et le dehors, la nature et l’urbain, le jardin intérieur et l’intimité, l’imaginaire et le réel, l’ici et l’ailleurs » ( Mariette Bouillet).
Ce projet a vu le jour grâce à la collaboration de Vrille Art Actuel et de l’entreprise INNO-3B du Bas Saint Laurent.